Les grands sakés d’Hiroshima

Brasserie Kamotsuru

L’histoire de la brasserie Kamotsuru, située à Saijo, l’une des trois grandes régions de production de saké du Japon, remonte à l’ère Edo (1603-1868). C’est Wahei Kimura, l’un des trois illustres bienfaiteurs de Saijo qui choisit le nom Kamotsuru en 1873.
Saijo est un lieu d’importance pour la production de riz dans la préfecture d’Hiroshima, et ses eaux souterraines conviennent parfaitement à l’élaboration du saké. L’eau utilisée dans la brasserie Kamotsuru est une eau de dureté moyenne provenant d’une rivière souterraine fraîche et pure qui prend sa source au mont Ryuozan (575 m).

Mais l’eau n’est pas le seul élément contribuant à l’élaboration d’un saké de haute qualité. En effet, les méthodes de polissage de riz jouent elles aussi un rôle essentiel. En 1898, la brasserie Kamotsuru achète la première machine du Japon à polir le riz. Elle est produite par la société Satake. Cela permet à la brasserie d’atteindre un taux de polissage exceptionnel de 75% et ainsi de mettre au point des sakés de type Ginjo et Daiginjo, ce qu’aucune autre brasserie n’avait réussi jusque là.
La brasserie Kamotsuru commence alors à remporter de nombreuses récompenses, notamment le premier prix à l’Exposition universelle de 1900 (Paris). Elle continue depuis de se distinguer dans les compétitions nationales et internationales et occupe une position de premier plan dans le monde des brasseurs.

Les sakés de la Brasserie Kamotsuru

広島日本酒の歴史

L’histoire des sakés d’Hiroshima

広島日本酒の歴史

En savoir plus

お知らせ

News

Hout de Page