日本酒の歴史

kiyoshi hashizume

C’est lui qui a transformé la brasserie Kamotsuru en société anonyme, et qui a tout fait pour faire connaître et développer la méthode de brassage à partir d’eau douce.

En 1918, les brasseries étaient généralement presque toutes gérées artisanalement.
Kimura Shizuhiko a apporté des fonds importants pour faire de la brasserie Kamotsuru une société anonyme.

C’est aussi lui qui a créé le centre de recherche sur le Seishu actuel et qui a nommé Hashizume Akira ingénieur-brasseur.

Les trois bienfaiteurs du saké et Riichi Satake

Hiroshima est actuellement l’un des trois hauts lieux du brassage du saké du Japon. Autrefois pourtant, la région ne bénéficiait pas d’un environnement propice à l’élaboration du saké.

Les brasseries de sakés étaient autrefois situées dans la zone de Nada (préfecture de Hyogo) ainsi que dans l’arrondissement Fushimi de Kyoto.
Ces endroits bénéficiaient en effet d’une eau dure particulièrement adaptée au brassage du saké.

En revanche, l’eau de source de la préfecture de Hiroshima était douce, voire extrêmement douce, et peu adaptée à l’élaboration du saké.

Dans une eau douce, donc pauvre en sels minéraux, la levure nécessaire à la fermentation ne trouve en effet pas suffisamment de nutriments pour se développer.

Mais grâce à trois hommes, ces conditions peu propices ont pu être vaincues. C’est ainsi qu’a pu naître à Hiroshima le saké de type Ginjo.